Torto

Travaux de Julien Tortora

Ascension

Création pour chœur d’adultes, maîtrise, accordéon et vibraphone (2015)

Monte toujours, et n’y pense pas !

Le chant traditionnel qui a inspiré l’écriture d’Ascension provient d’un peuple aujourd’hui minoritaire – le peuple Bunun - vivant sur l’île de Taïwan, au pied du mont Yu Shan, son plus haut sommet.

Dans ce chant, il n’y a pour ainsi dire aucune mélodie (ce qui est d’ordinaire le cas dans les chants traditionnels) ; seules quelques notes tenues, qui ne cessent d'évoluer de manière très continue – en glissant – vers le registre aigu.

L’effet qui en résulte est déroutant : on ne sait s’il s’agit d’un chant rituel séculaire ou d’une composition de musique contemporaine.

Est-ce un hasard si un peuple de montagne, dont le mode de vie consiste pour l'essentiel en une suite de mouvements ascendants et descendants, chante rituellement une telle musique, dont l’affect primordial peut se résumer à l'élévation incessante ?

Un aphorisme de Nietzsche s’intitule précisément Ascension : « Comment arriverai-je au plus vite à la cime ? - Monte toujours, et n’y pense pas !"

Les deux matériaux - chant et aphorisme - sont entrés en résonance. Il me fallait trouver une forme, dont l’aboutissement est la pièce Ascension, écrite pour le chœur Adventi en 2015, dans le cadre de l'atelier de composition du conservatoire de Lille dirigé par Vincent Paulet.

Cette création a été pour moi l’occasion de répondre – grâce à l’aide inopinée d’un peuple asiatique et d’un philosophe allemand - à un problème intérieur : le but d’une ascension – qu’il s’agisse d’alpinisme, mais aussi bien de spiritualité, d’art ou d’éthique… - ne réside jamais au sommet ; il est dans l'escalade elle-même. Soit dans l’état quotidien, patient, d’élévation continue.